Les filles, méfiez-vous de vos hormones !

Les filles, vous ne vous méfierez jamais assez de vos hormones !
Les hormones sont au service du vieux complot patriarcal pour vous entraîner vers la sexualité, et pis que ça, vers l'hétérosexualité.
Et poussée par vos hormones et le vieux complot patriarcal pour reproduire l'espèce, vous risquez d'entre entraînée vers un homme, et pis que cela, d'en devenir amoureuse ! Et alors ce sera la fin de tout, car au lieu de faire la guerre, vous ne penserez plus qu'à faire l'amour ! Mais si vous faites l'amour et pas la guerre, ce sera la fin du féminisme !

On ne dira jamais assez le danger de l'amour. L'amour peut vous faire changer de valeurs, d'habitudes, de fréquentations, de culture, et même de pays !

Et méfiez-vous de votre fertilité ! Vous ne soupçonnez pas combien les bébés sont exigeants, jour et nuit. Avec un bébé, vous risquez de manquer des réunions, des meetings, des manifs, des soldes... Avec un bébé, vous aurez besoin de votre homme et de toutes ses disponibilités, et ce sera gênant pour lui faire la guerre comme il le faudrait.

Mais, vous demandez-vous, si par devoir envers le Parti Féministe, je me cantonne aux seules relations lesbiennes, alors comment ferai-je pour avoir mon cheptel d'enfants pour m'obéir et me glorifier ?

Voyons, les filles ! Les enfants, ça se vole facilement à un couple hétérosexuel, toutes nos avocates font cela quotidiennement, et elles sont au tribunal pour cela !
Il suffit d'éliminer le père, nous l'accusons facilement d'être incestueux, pédophile, violeur, irresponsable, immature, beauf, facho, dégénéré, pédé, violent, pleurnichard, autoritariste, hétéro, dépensier, radin, jamais là parce qu'il travaille, toujours dans nos pattes parce qu'il est chômeur, pas assez riche pour notre train de vie, déprimé, paranoïaque, fidèle, jaloux, volage, même pas jaloux, bref juste ce qui marche avec nos magistrates à nous que nous avons. Et voilà ! Nous raflons les enfants, le domicile conjugal, les biens communautaires, les biens personnels du mâle, passez muscade ! Nous avons désormais les enfants et tous les biens, et la pension alimentaire, et on peut vivre richement entre femmes !

Les filles, méfiez-vous de vos hormones !
Exigeons la parthénogenèse !